VOTRE SPÉCIALISTE LOCATION ORDINATEUR PORTABLE 100% PRO - livraison Europe * en 24 à 48 heures.

Cartes graphiques : Le bouleversement imminent

Cartes graphiques : Le bouleversement imminent

Aujourd’hui, seuls deux constructeurs occupent le marché des cartes graphiques destinées aux gamers : AMD et Nvidia. Intel produit également des contrôleurs graphiques, mais il ne s’agit que de chipsets intégrés aux cartes mères, incapables d’offrir des performances correctes dans les jeux vidéo. Afin de bénéficier d’une définition et d’un niveau de détail élevés, l’utilisateur devra donc équiper sa machine d’une carte graphique AMD ou Nvidia.

Ce duopole n’a pas toujours existé ; Il y a vingt ans, on retrouvait d’autres constructeurs, notamment 3dfx, qui offrait, à l’époque, des cartes graphiques d’exceptions. De 1995 à 1999, la série Voodoo de 3dfx sera l’équipement phare des joueurs. Nvidia, qui lance sa première puce en 1995, devra attendre 1999 pour connaître un succès retentissant, grâce à sa nouvelle carte graphique surnommée Geforce, capable d’offrir des performances inégalées. À tel point que 3dfx ne peut rivaliser, et que ce dernier est racheté par Nvidia un an après. Nouvelle référence dans le secteur, Nvidia sort alors toute une série de cartes largement reconnues pour leurs performances graphiques.

Son seul et unique concurrent, ATI, ne peut rivaliser dans le haut de gamme. Le constructeur met alors sur le marché au printemps 2000 une nouvelle série de cartes graphiques : les Radeon. Les performances sont honnêtes, mais toujours insuffisantes pour concurrencer Nvidia. Il faudra attendre 2002 et l’arrivée de la fameuse Radeon 9700 pro, pour que Nvidia commence enfin à trembler. La 9700 pro s’avère être plus performante que la dernière Geforce, la Geforce 4 Ti. S’ensuivra durant cette décennie une guerre entre les deux constructeurs, avec des bonnes surprises des deux côtés, mais où Nvidia finira par dominer son concurrent.

AMD rachète ATI en 2010, tout en conservant la déclinaison Radeon pour ses cartes graphiques. On aurait pu croire que AMD, leader sur le marché du semi-conducteur avec Intel, saurait revenir dans la course. Il n’en sera rien : année après année, les cartes graphiques Nvidia s’avéreront toujours plus performantes, ce qui permettra à Nvidia de rester en tête sur le haut de gamme, et de proposer ainsi des prix toujours plus élevés.

La RTX 2080 Ti, dernière carte graphique Nvidia disponible depuis Septembre 2018, atteint un prix record lors de son lancement 1250 euros. Ce n’est du jamais vu une carte graphique à simple cœur. AMD, faute de pouvoir rivaliser sur le haut de gamme, se positionne sur l’entrée et le milieu de gamme, en proposant des tarifs attractifs. Pour autant, le constructeur ne semble pas abandonner le haut de gamme, pour le plus grand bonheur des joueurs, qui rêvent d’avoir une bête de course à un prix raisonnable. C’est la condition sine qua non pour pouvoir jouer en Ultra HD, une définition qui se généralise à l’heure actuelle, grâce notamment au marché des moniteurs et des téléviseurs qui ont démocratisé la définition de 3840 par 2160 pixels.

Bien que l’espoir perdure, AMD a prouvé cette dernière décennie qu’il n’était pas capable de rivaliser sur le haut de gamme avec son éternel rival, chose qui permettrait de cesser la folle envolée des prix chez Nvidia. Mais les espoirs des utilisateurs se reportent à présent sur un nouvel acteur qui promet de faire une entrée fracassante sur le marché : Intel, le leader du semi-conducteur, qui met à genoux sans difficulté AMD sur le marché des processeurs, a annoncé qu’il allait investir prochainement le marché des cartes graphiques.

Cette annonce est pour le moins surprenante, étant donné que Intel était jusqu’à maintenant resté à l’écart de ce marché, préférant proposer des contrôleurs graphiques intégrés à la carte mère suffisantes pour un usage basique, tel que Internet et la bureautique, mais n’ayant aucun intérêt pour les joueurs. Au même titre que Nvidia, Intel pratique des prix élevés, qui sont en accord avec les hautes performantes de leurs processeurs. De là, on peut s’imaginer que les cartes graphiques signées Intel se voudront haut de gamme.

Face aux multiples échecs de AMD pour revenir dans la course, la confiance de Intel dans ses futures cartes graphiques inspire autant de méfiance que d’espoir. Il va de soi que Intel est conscient qu’il se frotte à un adversaire de taille, ce qui sous-entendrait qu’il a arguments pour réussir son pari.

Le bouleversement annoncé du marché des cartes graphiques est bienvenu : cela mettrait fin au duopole qui dure depuis maintenant presque 20 ans entre ATI/AMD et Nvidia. Ce serait l’occasion de voir arriver des cartes graphiques plus performantes que les Geforce, qui n’ont que trop longtemps dominé le marché, au détriment du consommateur. À contrario, le consommateur sera le premier à bénéficier de ce regain d’offre sur le marché, même si les cartes graphiques que proposera Intel risquent de s’annoncer onéreuses. Réponse courant 2020, si Intel s’en tient à son calendrier.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *